vendredi 12 juillet , 2019

UR Dijon – « Plan de maîtrise des heures supp' »

Le 5 novembre 2014, la Directrice de l’Administration Pénitentiaire adressait aux divers Directeurs Interrégionaux une note accompagnée d’un « plan de maîtrise » des heures supplémentaires effectuées par les Personnels sur le territoire.

La note, tout d’abord, fait état de l’explosion des heures supplémentaires globales sur 2014, mais ne manque pas, à la lecture, d’une touche d’humour sarcastique comme sait si bien le manier notre Directrice…

En effet, histoire de nous faire « marrer » un peu, il est spécifié dans cette note que l’enveloppe nationale des heures supplémentaires, qui dépasse les 60 millions d’euros sur 2014, doit être revue à la baisse d’ici 2017 à concurrence de…. 52 millions !. Plus fort encore dans la « blagounnette de merde », la DAP indique que cet effort d’économie doit être réalisé afin de financer les « efforts exceptionnels » de recrutements consentis sur 2014 et 2015 !  Nous ne devons pas avoir la même conception du terme exceptionnel, puisque le nombre d’agents sortant de l’ENAP cette année, mis à disposition de la Direction Interrégionale de Dijon devrait être au maximum de 20, alors que les vacances de postes dépassent les 140 ! Exceptionnel, en effet !!!

Et aussi en « constatant avec satisfaction » la mise en place par les Directions Interrégionales d’un service « adapté à taux de couverture insuffisant » !

Le mode dégradé (puisque c’est de cela qu’il s’agit !) adapté ???  Quelle blague !

Et s’en féliciter frise la schizophrénie !

Il y aurait eu de quoi vous auto-congratuler, Madame la Directrice, si le plan de lutte contre la violence qui visait à faire chuter les agressions sur Personnels, était devenu autre chose que de belles paroles prononcées sans aucune suite! Mais se féliciter d’avoir mis en place un mode de fonctionnement qui ruine la bonne marche des structures et met en danger les Personnels, nous sommes proches du surnaturel !

Et que dire du plan d’action en lui-même !

Alors que l’UFAP dénonce depuis des années le fait que les Chefs d’Etablissements créent des postes fixes à gogos, sans aucun contrôle ni recalcul des organigrammes, la DAP impose aujourd’hui la réduction de ces postes, dans des proportions qui font froid dans le dos !

Avec en prime l’imposition de modification des chartes des temps locales et des organisations de service de manière à ce que les Surveillants Pénitentiaires, qu’ils soient postes fixes, brigades journées longues ou postés en services classiques, puissent tous se remplacer les uns les autres.

Et ce n’est pas terminé !

Ordre est donné aux Directions Interrégionales de ramener les heures supplémentaires du  Personnel de Surveillance à hauteur des heures frictionnelles, soient 20 heures supplémentaires mensuelles ! Sans aucun moyen humain supplémentaire, il va falloir que les Directeurs Interrégionaux se transforment rapidement en magiciens !

Et histoire d’être certaine de n’oublier personne, la Directrice de l’Administration Pénitentiaire prévoit que les Etablissements qui ont vu leurs effectifs chuter et leurs volumes d’heures supplémentaires augmenter (c’est-à-dire la quasi-totalité des structures nationales) se verront systématiquement audités pour mise en place des « réjouissances » du plan !

L’Union régionale UFAP-Unsa Justice de Dijon vous fera grâce des dizaines de tableaux statistiques de ce plan, dans lesquels l’Administration fait dire aux analyses chiffrées ce qu’elle veut entendre, et se fait l’économie de ne pas faire le vrai constat de l’état de délabrement de l’Institution.

L’analyse de ce document nous fait hésiter entre le fait que la D.A.P. se moque ouvertement des Personnels de tous corps, et le fait qu’elle ait définitivement « pété les plombs » !

Notamment l’analyse qui vise à démontrer que le manque d’effectifs subi par les structures n’a pas d’incidences sur l’augmentation des heures supplémentaires, mais qu’à l’inverse l’augmentation des arrêts maladie en est le facteur majeur !!!

Quitte à dépenser de l’argent public dans l’élaboration d’un plan d’action, l’UFAP Unsa Justice de Dijon aurait préféré qu’il le soit dans un audit général des postes vraiment vacants dans les détentions… Ou sur une étude du volume de travail et l’élaboration d’un organigramme toujours inexistant pour les Personnels Administratifs !

Que penserait le patron d’une grande écurie de course automobile, si le responsable de projet lui disait qu’il compte gagner les 24 heures du Mans dans une voiture à pédales ?

Puisque « Gorce » est si friande de plans d’actions, invitons la à continuer dans cette voie sans issue afin que l’UFAP UNSa Justice lui présente son propre plan qui ne va pas la décevoir de son passage parmi Nous.

Pour L’Union Régionale UFAP UNSa Justice  

Les Secrétaires Généraux,

Thierry CORDELETTE

Franck GEOFFRAY

Maxence GALLOIS

Angui ANASSE

communiqué plan maîtrise heures suppl.

 

                                                                                                          

 

 

                                                                                             

 

 

 

 

Related posts