mercredi 17 juillet , 2019

UR Dijon – Quoi de plus banal !

Hier mercredi 9 décembre 2015, un de nos Collègues, Laurent, surveillant à la Maison d’Arrêt de BLOIS, a reçu deux coups de poing au visage tout simplement pour avoir fait son travail consciencieusement et sans excès de zèle.

C’est par le biais d’un communiqué local rédigé par notre Secrétaire Local Christophe RUKS que nous avons appris cette agression qui vient s’ajouter à la longue liste de celles survenues depuis le début de l’année dans l’Institution Pénitentiaire.

Cet acte gratuit démontre une fois encore aux hurluberlus qui nous dirigent à quel point une frange de la population pénale, non négligeable, n’hésite pas à casser « du bleu » même lorsque les motifs, à l’instar de cette situation, côtoient la futilité.

METTONS CETTE SITUATION EN PERSPECTIVE !.

Cet énergumène affecté à la Maison d’Arrêt de BLOIS est arrivé sur cette structure par mesure d’ordre et de sécurité pour avoir justement, à la Maison d’Arrêt de TOURS, agressé violemment deux Personnels de Surveillance parce qu’ils avaient refusé de céder à ses caprices.

Cette mesure de transfert dans de telles situations a pour but de débarrasser de leur agresseur les Personnels victimes, de ramener le calme relatif au sein de la structure, et doit normalement aussi avoir pour but d’envoyer un message à ceux qui fracassent physiquement et psychologiquement les dépositaires de l’autorité publique que nous sommes.

En déplaçant ce détenu de la Maison d’Arrêt de TOURS à celle de BLOIS, espacée toutes deux d’un peu plus d’une demi heure de route, l’Administration avait-elle vraiment l’intention d’envoyer ce message à l’intéressé !?

En prenant soin de maintenir cet énergumène à proximité de son fief et de sa tribu, l’Administration pensait-elle éviter la réitération des faits !?

Enfin, cette même Administration, qui dit-elle, soutient ses Personnels, et « bla bla bla et bla bla bla », a-t-elle réellement envie de redonner l’autorité aux Personnels Pénitentiaires, a-t-elle réellement envie de restaurer l’ordre de la République dans les Prisons, a-t-elle envie réellement de lutter contre la récidive, a-t-elle vraiment la volonté de châtier ceux qui se défoulent sur des Personnels à bout de souffle !?

NOUS SAVONS TOUS QUE NON !!!

Sinon, cet individu, comme bien d’autres, aurait été transféré par mesure d’ordre et de sécurité, à plusieurs centaines de kilomètres de ses quartiers, et aurait été géré durant un certain temps dans un régime de détention adaptée, ce qui aurait, de fait, marqué l’esprit dégénéré de cet individu et de ses émules.

Puisque le RETEX (retour d’expérience) semble être un terme à la mode aujourd’hui, nous attendons avec impatience quel retour d’expérience l’Administration va tirer de cette violente agression afin que Laurent et tous ces Agents victimes de cette sauvagerie puissent se dire qu’enfin les dirigeants de notre Administration travaillent véritablement pour limiter ce genre de casse.

D’ici là, Laurent, nous te souhaitons de te remettre de cette mauvaise journée car nous, qui savons ce que sait que de se faire  cracher à la gueule, jeter des verres d’urine au visage, prendre un coup de tête, se faire couvrir d’insultes qui s’adressent aussi à nos familles, nous connaissons le long chemin qu’il nous faut parcourir pour faire face et revenir droit dans nos bottes sur la coursive.

Quant à Toi Christophe, l’Union Régionale UFAP de DIJON te remercie de continuer de dénoncer ce qui, hélas, fait partie dorénavant du quotidien au point de le banaliser.

L’Union Régionale UFAP de DIJON saisira, dès lundi 14 décembre 2015, Pierre DUFLOT, Directeur Interrégional des Services Pénitentiaires Centre Est DIJON, au sein du Comité Technique Interrégional, afin d’évoquer cette situation et les pistes de réflexion concrètes sur lesquelles nous devons travailler.

Les Secrétaires Généraux de l’Union Régionale

UFAP UNSa Justice de DIJON

Thierry CORDELETTE

Franck GEOFFRAY

Maxence GALLOIS

Angui ANASSE

Tract UR Dijon – Blois

 

Related posts