samedi 31 octobre , 2020

UR Grand-Est – Responsables de tout, non ! Responsables de nous, oui !

Ce dimanche 17 Mai, l’UFAP/UNSa Justice Grand-Est est intervenue une nouvelle fois auprès de la Directrice Interrégionale afin de demander le transfert d’un détenu devenu ingérable au CP de Nancy…

Une nouvelle situation de tension…

Ces nouveaux troubles sont intervenus après la visite de l’équipe du Contrôleur Général des Lieux de Privation de Liberté (CGLPL) suite a des « dénonciations ». Ces dernières faisaient état de violences  aux détenus commises par les personnels. Un véritable étalage médiatique d’une « maman » ayant peur pour son fils…

Qu’elle soit rassurée… Son chérubin, hyper protégé par une direction totalement laxiste, n’arrête pas d’agresser les personnels sans que l’administration pénitentiaire ne solutionne le problème… Sauf peut-être à laisser les agents dont elle est responsable se faire casser la gueule…

Que font nos responsables ?

Ce qu’ils font ? Pas grand-chose ! Tout se « règle » à coup de transfert et de recherche de coupables dans les seuls rangs des personnels « de base ». Nos (ir)responsables, eux n’ont qu’un objectif principal : poursuivre leur chère (dans tous les sens du terme) carrières de fonctionnaire catégorie A+ (+ d’argent).

Et le code du travail alors ?

Mais oui, c’est vrai ça… le code du travail ? Hein ? On en fait quoi ? Et le code de déontologie ?

A par s’en servir pour caler les meubles ou pour uniquement nous sanctionner, nous les « petits personnels », le code du travail et le code de déontologie ne préoccupe pas beaucoup nos catégories A...

C’est un tort ! Car ces derniers oublient qu’ils sont contraints (au risques de sérieuses sanctions) de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs (code du travail L.4141-1). A noter également que les personnels pénitentiaires (dont ils font partis) se doivent mutuellement respect, aide et assistance dans l’exercice de leurs missions (article 11 du code déontologie)

L’UFAP UNSa Justice exige le respect de ces codes !

Pour l’UFAP/UNSa-Jutice, la mise en danger des personnels à assez duré !

Nous adressons dans un premier temps notre soutien inconditionnel aux personnels pénitentiaires.

Mais parallèlement, nous exigeons que les droits et obligations soient respectés par tout le monde, personnels de direction compris. Ils ne sont nullement exonérés de respecter la Loi, bien au contraire.

Il existe des instances pour leur rappeler…

Elles ne demandent qu’à être actionnées !

Ecrouves le 18 mai 2015

TractRégional180515

Related posts