UR Lille – LES PREJ DU NORD PAS-DE-CALAIS : LA GRANDE DÉSILLUSION…

Voilà maintenant 1 mois que les 3 nouveaux pôles de rattachement d’extractions Judiciaires du Nord Pas de Calais sont en service et déjà le constat est accablant. Les agents qui voyaient certainement dans l’ouverture de ces nouvelles missions l’occasion d’accéder à de meilleures conditions de travail et de vie familiale, ont vite déchanté. Et pour cause…Le déficit important de personnels sur ces structures et le nombre considérables de missions d’extractions judiciaires à accomplir amènent les agents à effectuer des heures supplémentaires à n’en plus finir.

LES AGENTS SONT AU BORD DE L’EPUISEMENT !

La plupart des agents sont contraints d’effectuer plus de 50 heures supplémentaires par mois pour répondre au doublement ou triplement des missions imposées quotidiennement. Toutes les règles inhérentes à la charte des temps applicable au PREJ sont bafouées au détriment de la qualité des conditions de travail et du respect de la vie familiale des personnels. Certains agents ont déjà dépassé la limite des 108 H supplémentaires autorisées par trimestre en seulement 2 mois ! Et pourtant le directeur interrégional est formel, ils ne doivent pas dépasser les 108 H ! Alors qui assurera les missions lorsqu’il n’y aura plus un agent disponible ?

LE MOINS QUE L’ON PUISSE DIRE, EST QUE LE LANCEMENT DE CES NOUVEAUX PREJ EST UN VERITABLE FIASCO ! 

Comment accepter que des agents rentrent de mission à 2h du matin pour ensuite repartir dès 6 H ?

Comment accepter que les agents attendent un SMS le soir pour connaitre leur service du lendemain ?

Comment accepter des temps de service largement supérieur à 13 heures ?

Comment accepter des repos quotidiens inférieurs à 11 heures entre 2 factions ? 

Malheureusement, force est de constater que les PREJ  de Picardie (Liancourt, Laon et Amiens) sont également impactés par cette pénurie de personnels et sont soumis aux mêmes contraintes. A qui la faute ? Certainement pas aux personnels exerçant au sein de l’ARPEJ  chargés de réguler et programmer les missions avec des effectifs disponibles parfois réduits de moitié. D’ailleurs là aussi l’activité a été multipliée par 4 sans que le personnel n’ait été augmenté en conséquence.

L’ADMINISTRATION PENITENTIAIRE DOIT REAGIR RAPIDEMENT !

L’administration doit prendre conscience de l’état d’urgence et procéder rapidement à un recrutement massif de personnels afin de permettre à ces services de fonctionner dans de meilleures conditions. Les agents ne pourront rester corvéables indéfiniment sans qu’il n’y ait des conséquences graves sur leur santé et/ou leur équilibre personnel.

Les secrétaires régionaux

Frédéric CHARLET, Laurent SCASSELLATI, Frédéric BLONDEL, Sébastien MENARD

UR Lille – Les PREJ du Nord Pas-de-Calais

Related posts