dimanche 25 octobre , 2020

UR Toulouse – NÎMES – VLM – Deux chancres sur le visage de Marianne !

Muret, le 12 mai 2016

 L’Union Régionale UFAP UNSa Justice de Toulouse s’est déplacée sur la maison d’arrêt de Nîmes le 10 mai et sur le centre pénitentiaire de VLM le 11 mai.

2 journées passées auprès des personnels, deux jours chargés en émotion, à Nîmes comme à VLM tant le constat  du malaise et des souffrances des personnels est grand !

Nîmes :

Avec un taux de surpopulation de plus de 220 %, 78 matelas au sol et presque toutes les cellules (9 m2) triplées, la MA de Nîmes est au bord de l’explosion.

Les détenus, évidement trop nombreux, ne tiennent plus en place, la tension est permanente et oppressante pour des personnels qui ne lâchent pourtant rien (jusqu’à quand ?!) et qui témoignent encore, face à cette situation intolérable, d’une solidarité et d’un professionnalisme exemplaire !

Des matelas au sol aussi bien chez les hommes que chez les femmes, quartier femmes où l’UFAP UNSa Justice a constaté avec stupeur une nurserie (porte classique de salle d’activité) transformée en cellule accueillant 3 puis 6 détenues !

Il doit bien rester encore quelques salles d’activités vides ?! Ou pourquoi pas carrément  des WC ?!

C’est une honte ! On se moque de la sécurité des personnels, le remplissage doit cesser avant qu’un drame n’advienne !

L’UFAP UNSa Justice exige des transferts en nombre de tous les détenus condamnés !

 

L’UFAP UNSa Justice demande au Ministre de la Justice de venir constater par lui-même la situation dans laquelle les personnels nîmois sont plongés depuis des années, il faut que cela cesse et qu’il constate par lui-même Q’UN AGRANDISSEMENT DE LA STRUCTURE N’EST PAS LA SOLUTION !

 VLM :

VLM est également impacté par la surpopulation pénale, dans des proportions certes moindres que Nîmes mais les chiffres sont toujours au-delà de la capacité d’accueil de l’établissement !

Sur la journée du 11 mai, ce n’est pas moins de 9 agents absents du service, l’UFAP UNSa Justice s’est donc déplacée dans une détention vide d’agents à certains étages, avec des pics découverts, et des détenus « se promenant » ici et là.

Des parloirs famille avec seulement 2 agents ! au parloir avocats un expert auprès des tribunaux est même parti après 2h d’attente sans avoir pu voir les détenus convoqués faute de personnel sur des étages abandonnés de toute autorité de l’Etat !

Tous les agents que l’UFAP UNSa Justice a rencontrés avaient le même mot à la bouche « on n’en peut plus ! ».

La crise est grave et le malaise profond à tous les niveaux, des surveillants jusqu’au corps de commandement !

Le management est sans doute à pointer du doigt, (y en a-t-il d’ailleurs ?) tant le sentiment d’abandon de tous par tous est exprimé par les personnels.

Cette situation marque la fin d’une époque, époque sans doute de la cogestion, la fin d’un système, usé, vieilli et rongé de l’intérieur.

« Le courage, disait Jaurès, c’est d’aller chercher la vérité et de la dire ».

Du courage, l’UFAP UNSa Justice, n’en manque pas, l’UFAP UNSa Justice a déjà rencontré le Directeur Interrégional sur ces deux sujets et a d’ores et déjà saisi le Garde des Sceaux

Laurens MAFFRE / Stéphane EYNARD

Nîmes et VLM 2 chancres sur le visage de Marianne

Related posts