lundi 15 juillet , 2019

Violente agression et mauvaises décisions – Ecrouves CD

Quand le professionnalisme des agents déplaît à une personne détenue, elle sait nous le faire savoir !

Après avoir déclenché le portique de sécurité à de nombreuses reprises, notre collègue du parloir à gentiment invité une visiteuse à aller se « débarrasser » de tous les objets métalliques qui pourraient lui empêcher l’accès. Ce qu’elle a fini par faire…

Mécontent, son « homme », n’a pu s’empêcher de faire le coq auprès du collègue en question en le menaçant, l’insultant, et tout cela dans le calme d’une finale de coupe du monde de football ! 

Afin de stopper ce spectacle, la 1ère surveillante décide de mettre fin au parloir pour ce détenu qui ne l’a pas entendu de cette manière ! 

Trouble de l’ordre, rébellion, agression, insultes et menaces en tous genres. L’intervention de pas moins de 6 agents a été nécessaire pour stopper cette scène de violence insupportable dont ont fait les frais les personnels pénitentiaires les 3 agents finissent aux urgences avec 3jrs d’ITT !  

C’est juré, la suite n’est pas une blague !

Une mise en prévention aurait été logique, eh bien non ! Et c’est bien là le clou du « spectacle » !

L’officier présent a tout bonnement décidé de prendre ce détenu en audience, de lui « proposer » de l’isoler en cellule. Du moment que le détenu va bien, tout va bien.  Le « petit protégé » toujours avec l’autorisation de l’officier, a même pu se promener et raconter ses « exploits » aux différents étages ! 

Mais les personnels blessés ? Le débriefing ? Le soutien aux agents ? Rien, aucun entretien, aucune inquiétude, aucune prise de nouvelle !

On est sur une bonne lancée, alors on continue ?  

L’agresseur a bien fini par aller au quartier disciplinaire. Pas par la volonté du « patron de la détention d’un jour » mais bien parce que l’UFAP a fait pression pour que « le grand n’importe quoi » s’arrête.  

On frôle le ridicule !!  

« J’ai pas le choix, vous montez au quartier » Voilà ce qu’a dit l’officier à l’agresseur. Difficile d’en rire, non ? 

Cet acte « anodin » pour un officier, a pris heureusement une autre tournure à l’arrivée du Directeur. 

Finalement, les collègues victimes ont été invités à déposer plainte et le nécessaire a été fait pour que les autorités soient informées de ces événements d’une violence inouïe !

L’UFAP/UNSa-Justice exige le transfert immédiat de ce détenu, après son QD.  

L’UFAP/UNSa-Justice salue et félicite les personnels qui sont intervenus avec sang-froid et professionnalisme.  

L’UFAP/UNSa-Justice tient également à remercier les 2 élèves surveillants qui ont assuré un service long pour porter soutien à leurs collègues.  

L’UFAP/UNSa-Justice apporte tout son soutien à nos collègues victimes de cette violente agression et de cette forme de laxisme tout aussi dommageable. 

Le secrétaire local

Notheber Benjamin

 

 

Related posts