Organisation Syndicale Multi-Catégorielle

CP Borgo: Sécurité mise à rude épreuve pour les tablettes numériques qui ne fonctionnent pas!

BORGO, le 17 juin 2024

Depuis l’installation des tablettes numériques dans les cellules, pas un jour ne se passe sans dysfonctionnement. Entre les problèmes d’installation et les mauvaises manipulations, se servir de cet outil numérique relève du miracle !

Pour remédier à ces difficultés persistantes, notre administration n’a pas trouvé mieux que d’autoriser les détenus qui ont leur tablette défaillante, d’utiliser celle de l’auxi d’étage.

Franchement, niveau sécurité c’est encore une idée des plus mauvaises !

Pourquoi ne pas ré-utiliser le format papier
pour ceux qui ont leur tablette HS ?

Pour l’UFAP UNSa Justice, l’administration a le devoir de veiller au bon fonctionnement de ces nouveaux outils et si ces derniers ne fonctionnent toujours pas, il faut trouver une solution pérenne dans le temps et non mettre en difficulté les agents d’étages !

Sur les unités en gestion portes fermées, il n’est pas concevable et entendable que le surveillant emmène un détenu dans une autre cellule afin qu’il puisse cantiner ! En dehors du fait que ce soit illégal, qui endossera la responsabilité en cas d’incident ?

L’agent d’étage a d’autres missions bien plus importantes
que de devoir rester derrière chaque détenu qui viendra remplir
son bon de cantine sur la tablette qui se trouve dans la cellule de l’auxi…

L’UFAP UNSa Justice exige que ce mode de fonctionnement cesse immédiatement.

Notre Direction doit trouver une solution sécuritaire comme par exemple : une cellule vide avec une tablette qui fonctionne, permettant à un détenu de pouvoir cantiner ou alors, la mise en place d’une tablette de secours au niveau de la cabine téléphonique sur la coursive .

En attendant, l’UFAP UNSa Justice exige le maintien du format papier pour les cellules n’ayant pas d’accès numérique .

Le Secrétaire Local
UFAP UNSa Justice

Partager :

À voir aussi
Nationale
Régionale

AGRESSION AU SMPR

Dimanche 14 juillet 2024, dans l’après-midi, un pensionnaire déjà affecté au quartier disciplinaire qui se trouvait en salle d’attente au SMPR a agressé un collègue.

Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies