Organisation Syndicale Multi-Catégorielle

CPOS: “Il faut sauver le gradé PCI”

Les gradés PCI sont en danger au CPOS !

En effet, en semaine, ils doivent « GERER » les problématiques d’effectif avec un manque de collaboration de certains collègues de bâtiment et une pression de la hiérarchie qui ne mesure pas leurs souffrances.

La nuit, ils font face à une augmentation constante de leur charge de travail avec de plus en plus de responsabilités.

Ils semblent avoir le don d’ubiquité le week-end, particulièrement le samedi, puisqu’ils doivent être en même temps au greffe, au QI/QD, au parloir, à la MAF, au PCI…. Par exemple, le samedi 10 septembre 2022, le gradé PCI de service devait « GERER » : 6 libérables, 2 PS, 3 Mise en place UVF, 2 sortie QD dont un passage au QI en gestion équipée et menottée, les mouvements 2+1 de la MAF, les repas QI/QD et MAF, la gestion des parloirs et sans oublier des potentiels arrivants en plus de ses tâches au PCI.

LA SITUATION DES GRADES PCI EST INACCEPTABLE !

Exerçant dans une administration qui qualifie d’inattention l’activité d’un agent qui doit être présent partout à la fois ou en plusieurs lieux en même temps, comment la suractivité de ces professionnels consciencieux serait-elle qualifiée en cas d’incident ? Leur remettra-t-on une demande d’explications sans état d’âme ?

Demandera-t-on sans vergogne une poursuite devant les instances disciplinaires ?

Les gradés PCI sont EREINTES. Plusieurs d’entre-deux souhaitent même QUITTER cette fonction !

Le bureau local UFAP-UNSa Justice demande à la direction de considérer la souffrance des gradés PCI en DANGER.

Le bureau local UFAP-UNSa Justice demande à la direction la mise en œuvre de solutions concrètes et immédiates pour sauver nos collègues.

LE BUREAU LOCAL

Partager :

À voir aussi
Nationale

Place à la consultation !

Pantin, le 17 mai 2024 Aujourd’hui s’est tenue une deuxième rencontre au ministère de la Justice pour négocier des mesures devant répondre aux attentes légitimes

PROPOSITIONS DE L’ INTERSYNDICALE

Mardi dernier, deux des nôtres, pères de famille ont été froidement exécutés par un commando lourdement armé. Depuis 1992 nous n’avions plus vécu une telle

Régionale
Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies