mercredi 13 novembre , 2019

Déferlement de Violence

Ce mercredi 6 août 2014 à 15h40, un détenu s’en est pris à sa visiteuse au parloir famille. A peine entré dans le box, il l’agresse à coup de lame de rasoir, ceci en présence de leurs deux jeunes enfants.

 La visiteuse entaillée profondément de l’oreille jusqu’à la base du menton a réussi à s’extirper du box de parloir pour appeler les secours. Le personnel est intervenu rapidement pour la prendre en charge ainsi que ses enfants et l’isoler de son agresseur. Le SAMU et les pompiers arrivés sur place ont pris le relais alors que le détenu était placé en garde à vue.

 Vu les circonstances des faits, cette agression sanglante était probablement préméditée.

 Ce même détenu avait la veille agressé un personnel de surveillance en lui crachant dessus.

 Moins de 30 minutes après les faits, une bagarre éclatait cette fois dans la cour de promenade du Centre de détention. Là aussi, le personnel est intervenu rapidement pour protéger la victime.

 Rappelons par ailleurs qu’en début de semaine un détenu s’est grièvement brûlé en mettant le feu à sa cellule au quartier disciplinaire.

 Le personnel choqué par ces événements est épuisé, il fait de son mieux pour tenir le coup mais nombreux sont ceux qui craquent maintenant.

 Le manque d’effectif conduit à découvrir chaque jour de nombreux postes dans l’établissement, y compris en détention où la surveillance n’est parfois plus assurée.

 A cette situation intenable d’un point de vue de la sécurité et inadmissible pour ce qui concerne les conditions de travail s’ajoute la persistance de ce que nous qualifierons d’abus d’autorité dans la gestion des personnels qui ce dernier produit parfois plus de 50 heures supplémentaire par mois car rappelé en raison du manque d’effectif.

 COMMENT CELA VA-T-IL SE TERMINER ?

Related posts