Organisation Syndicale Multi-Catégorielle

Explosion des violences au Centre Pénitentiaire de ST Quentin Fallavier

Les agressions sur le personnel s’enchainent au Centre Pénitentiaire, les agents ne savent plus comment réagir face à cette situation infernale.

Coups de pieds, crachats au visage, coups de poing au visage, menaces de mort à l’encontre des agents et de leurs familles, insultes, refus d’obtempérer, rébellion, c’est un carnage !

Maitriser un fou furieux lorsqu’aucune autre solution n’est possible est une source supplémentaire d’ennuis. Si dans l’action l’agresseur se blesse, le soupçon d’une mauvaise réaction plane sur les personnels, ils doivent expliquer le moindre de leurs gestes.

Les détenus le savent alors ils n’hésitent pas à s’infliger eux même des blessures comme ce fût le cas hier encore. Après avoir agressé plusieurs agents, le détenu difficile à maitriser frappe volontairement sa tête sur le sol, les agents en difficulté lui ont placé un oreiller sous la tête pour le protéger.

Ce quotidien invivable fracasse le moral du personnel de surveillance ! Ce même personnel qui par ailleurs se déploie à sauver la vie de leurs agresseurs lorsque ces derniers retournent leur violence contre eux-mêmes en tentant de se suicider.

La violence se déchaine également au sein même de la population pénale, coups de lame de rasoirs, règlement de compte, racket et trafic, la vie normale de la prison quoi !

Exemple : samedi 28 janvier, 5 détenus cagoulés pénètrent dans une cellule pendant qu’un 6 ème individu filme avec un téléphone portable la scène en commentant : <> La vidéo sera publiée dans la foulée sur Tiktok.

AU SECOURS !

Pour le bureau l’UFAP UNSa Justice
Vincent GUILLEMAIN Alain CHEVALLIER

Partager :

À voir aussi
Nationale

Place à la consultation !

Pantin, le 17 mai 2024 Aujourd’hui s’est tenue une deuxième rencontre au ministère de la Justice pour négocier des mesures devant répondre aux attentes légitimes

PROPOSITIONS DE L’ INTERSYNDICALE

Mardi dernier, deux des nôtres, pères de famille ont été froidement exécutés par un commando lourdement armé. Depuis 1992 nous n’avions plus vécu une telle

Régionale
Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies