Organisation Syndicale Multi-Catégorielle

l’UFAP UNSa Justice, la CGT et le SPS ne siégeront pas ce jour au CTAP…

Ambitieux, historique… voilà deux qualificatifs employés et ressassés à tour de bras ces derniers jours durant les présentations budgétaires au titre de l’année 2023. Sans doute ces répétitions participent-elles à l’application d’une sorte de méthode Coué. L’important est de se persuader d’avoir raison pour certains ou d’avoir obtenu gain de cause pour d’autres.

Une méthode à laquelle se refusent d’avoir recours l’UFAP UNSa Justice, la CGT et le SPS.

Il n’y a rien d’historique ni même d’ambitieux dans la présentation budgétaire faite par le ministère puis celle du programme 107 par le DAP.

Encore moins d’ambition en ce qui concerne la reconnaissance et la valorisation des personnels pénitentiaires ! Qu’il s’agisse des mesures statutaires ou indemnitaires, la politique d’amélioration catégorielle pour 2023 se réduit à du bricolage pour l’une et à du saupoudrage de miettes pour l’autre. Le garde des Sceaux n’a pas menti : il n’a oublié personne ! Mais force est de constater que, dans cette distribution, certains sont mieux lotis que d’autres en ayant obtenu le Graal du A+…

Rien d’historique ni d’ambitieux, au-delà de la fusion au rabais des grades de surveillant et brigadier, quelle est cette réforme d’envergure dont parlent ministre et DAP ? Tout ce qui a été annoncé ou obtenu, c’est la possibilité de s’asseoir et de discuter sur une potentielle réforme du CEA mais sans budget prévisionnel !

Quand le ministre donnera-t-il mandat au DAP pour engager les discussions ? Quel calendrier ? Quelle méthode de travail ? Quelle enveloppe budgétaire et quelle date de mise en œuvre ?

A ce stade, rien d’autre qu’une odeur de plat réchauffé déjà servi en février dernier ! Les Surveillants, les Brigadiers, les Premiers surveillants et Majors ont faim de reconnaissance du travail accompli quotidiennement dans les détentions au contact d’une population pénale de plus en plus vindicative et violente.

Une chose est sûre, Il n’est pas question de brader l’emploi statutaire dans le CEA au détriment, de surcroît, de contractuels sous-payés et sous-formés, qui seront mis en danger sans résoudre le problème de plus en plus criant des vacances de poste en établissements…

En attendant, l’insatisfaction des personnels pénitentiaires est grande à l’issue de ces annonces budgétaires.

Rien d’ambitieux en matière d’emploi non plus. Avec la création de 809 emplois, dont 489 seront dédiés à l’ouverture de nouveaux établissements, les vacances de poste constatées sur le terrain ne seront nullement comblées. Les personnels pénitentiaires, habitués mais largement usés, continueront donc à exercer leurs missions, à en prendre en charge de nouvelles dans des conditions dégradées et à multiplier les casquettes pour pallier au manque d’effectifs et de moyens matériels. Au détriment de leur santé et de leur sécurité, leur professionnalisme et leur sens du service public permettront une fois de plus aux dirigeants d’atteindre leurs objectifs et de toucher leurs primes en fin d’année…

Refusant de rester sourdes à leur légitime mécontentement, l’UFAP UNSa Justice, la CGT et le SPS ne siégeront pas ce jour au CTAP.

Les Membres du CTAP UFAP UNSa Justice, CGT et SPS
Paris, le 11 octobre 2022

Partager :

À voir aussi
Nationale
Régionale

L’ORIGINE DU MAL CP Nanterre

Un duo infernal, a repris le flambeau et rien ne change…… Tout s’empire…… Les masques tombent, la synergie de ce duo despotique qui manie l’intimidation

Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies