Organisation Syndicale Multi-Catégorielle

Mais que fait donc la Septième compagnie ?

Le 1er juillet, notre bureau local faisait un tract dont l’intitulé était :

On a retrouvé la 7 éme compagnie .

Nous dénoncions notamment, le transfert d’un MOS en situation d’échec à l’Unité pour Détenus Violents sur notre structure qui flirtait avec les 100 matelas au sol.

Le soldat Pithivier du département de la Sécurité et de la Détention de « la 7éme compagnie », pardon de la Direction Interrégionale de Toulouse, a encore, une fois, brillé par son casting d’affectation sur notre établissement. En effet, Le 19/07/2022, un détenu est affecté au Centre de détention en provenance de Seysses. Or, ce détenu avait été transféré en mesure d’ordre en septembre 2021, car le 16/08/2021, affecté au quartier d’isolement, il avait foncé avec une table sur les surveillants de l’équipe QI/QD puis il leur avait porté des coups de poings et de pieds.

L’UFAP UNSA Justice, dès l’annonce de ce transfert, demandait à « Coco… » pardon à la Directrice adjointe, des explications sur le retour de ce détenu en détention classique moins d’un an après son départ.

Elle nous répondit que DSD lui avait dit qu’il était « apaisé » et que « c’était un autre homme » !

Dès son arrivée au Centre de Détention, ce détenu, par son comportement agressif, dut faire l’objet d’une attention toute particulière (ouverture à 2 agents avec le port du gilet pare-lame). Finalement ce matin, il a hurlé et fait son tapage habituel en mettant le feu à sa cellule.

Résultat : une mise en danger du personnel, une cellule HS et une mise en prévention au Quartier Disciplinaire ou il sera géré par les personnels qu’il a agressés moins d’un an après son dernier passage sur notre établissement.

L’UFAP UNSA Justice exige de la pertinence et d’intelligence dans l’affectation de ce type d’individus pour ne pas mettre les personnels du CP Perpignan en danger.

L’UFAP UNSA Justice demande que la Direction dépose plainte contre ce détenu « apaisé » pour mise en danger de personnel dépositaire de l’autorité publique et destruction de bien public.

L’UFAP UNSA Justice demande au responsable de la « 7éme compagnie » le transfert de cet « autre homme ».

Pour le bureau local UFAP UNSa Justice du CP PERPIGNAN, Pierre GROUSSET

Partager :

À voir aussi
Nationale
Régionale

Roanne : Communiqué suite mouvement.

A Roanne, le 7 décembre 2022 L’UFAP-UNSa Justice a toujours été un syndicat de dialogue et de proposition.Néanmoins depuis plusieurs mois, le dialogue est rompu

MA Nice: LA PRIME DE LA COLERE

L’UFAP UNSa Justice Nice apprend que cette année, les surveillants, gradés, administratifs et techniques ne bénéficieront pas de la prime de surencombrement de 100 euros

Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies