Organisation Syndicale Multi-Catégorielle

Moulins : point de rupture

Le 02 novembre 2022

Le C.P. Moulins-Yzeure est au point de rupture, les effectifs en personnel sont au plus bas et les nouvelles de départs sont devenues une triste routine.

Au 29 septembre, l’UR UFAP UNSa JUSTICE de Lyon dénonçait la situation des effectifs sur la DI avec notamment un déficit de 18 agents sur le C.P. Moulins-Yzeure sur un organigramme depuis longtemps obsolète car en vérité, même avec ces 18 agents, nous n’arriverions pas à combler tous les postes que nous devons couvrir pour travailler en sécurité sur notre structure. Et les chiffres sont déjà dépassés puisque nous enregistrons depuis cet état des lieux 5 départs et d’autres en attentes. L’administration ne cesse de nous parler d’ouverture d’établissements alors qu’elle est incapable de maintenir à un niveau décent les effectifs des établissements existants. L’effectif des premiers surveillants est également alarmant.

La politique du « dites-nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer » ne peut plus continuer !

Il n’y aura pas d’arrivées de surveillants avant au mieux février 2023 et encore faut-il que l’administration daigne nous faire l’aumône de quelques places. D’ici là, la situation à Moulins se sera encore dégradée alors que le service origine n’arrive déjà plus à combler les postes malgré les compteurs horaires des agents qui explosent.

Pendant ce temps, les agents tiennent la boutique tant bien que mal.

Malgré cela, au lieu des encouragements et du soutien que les agents sont en droit d’attendre de leur hiérarchie, la politique du flicage et du bâton continue de la part de notre direction.

Les agents ont besoin d’accompagnement et de soutien, pas de savoir si, quand ils luttent sur la coursive pour se faire respecter, ils seront soutenus ou si on leur reprochera une broutille.
L’ambiance devient délétère et un climat de suspicion s’installe. Ce climat malsain ne permet plus aux agents de travailler en confiance.

Mr le directeur, vous devez absolument alerter, harceler au besoin cette administration aveugle et sourde à la situation alarmante de notre établissement. Les remontées de tableaux ne suffisent pas, les cris d’alarmes des services origines sont ignorés par le DIOS. C’est à vous de taper du poing sur la table et d’exiger de l’administration de remplir SON devoir envers nous pour nous permettre de travailler en sécurité, d’avoir un rythme de travail décent.

Nous avons besoin, à minima, de 16 surveillants et 6 premiers surveillants pour pouvoir fonctionner sans compter les départs en retraites à venir et autres départs (MAD, réussites de concours et même démission). En dessous de ça, nous courons à la catastrophe !

C’est également à vous, membres de la direction, d’impulser un management bienveillant et soutenant envers vos personnels. Les agents n’ont pas besoin de se sentir fliquer mais soutenu !

Vos agents sont à bout de nerf et vous avez besoin d’eux plus que jamais.

L’UFAP UNSa JUSTICE Moulins remercie et félicite les personnels qui tiennent contre vents et marées

L’UFAP UNSa JUSTICE Moulins exhorte notre direction à lutter pour obtenir des effectifs de surveillants et de premiers surveillants qui nous font gravement défaut.

La remise à niveau d’ailleurs, ne s’arrête pas aux seuls PS puisque sur le versant des Personnels Administratifs, la situation n’est pas forcément plus reluisante !

L’UFAP UNSa JUSTICE Moulins exige de notre direction un management de soutien à l’égard de ses personnels !

Sans cela, notre administration qui pense pouvoir continuer à ouvrir des structures et à ajouter sans cesse des missions à celles déjà existantes, va se rendre compte à son corps défendant, que trop mépriser les personnels est dangereux !

Le secrétaire local
Cédric Rochis

Partager :

À voir aussi
Nationale

Indemnitaire CEA

L’UFAP UNSa justice est engagée depuis 35 ans au service des agents pénitentiaires du terrain, avec pour seul objectif la défense des situations individuelles et

Régionale
Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies