Organisation Syndicale Multi-Catégorielle

ROANNE : Compte rendu du CSA du 2 février 2024

02/02/2024, à Roanne


Les organisations syndicales représentatives étaient réunies pour un CSA, ce jeudi 1er février

  1. L’UFAP-UNSa Justice était présente.
  • Point sur l’ouverture du QPR
    La marche à blanc du QPR a eu lieu la semaine du 8 janvier 2024.
    Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de problème particulier.
    A ce jour, il y a 4 détenues au QPR, d’ici la fin mars, l’effectif passera à 8 détenues.
    La cour de promenade devrait être opérationnelle d’ici la fin du mois de février 2024.
    Aujourd’hui, il y semble y avoir urgence à accueillir les retours d’Iraq.
    Il est à noter que 3 des 4 détenues sont des prévenues, en attente de jugement.
    On sait déjà que la cellule PMR sera occupée.
    La capacité de ce quartier est de 13 places dont 1 PMR.
    L’UFAP-UNSa Justice sait par expérience qu’un effectif de 12 ou 13 détenues
    serait difficilement gérable quotidiennement.
    La Direction a déclaré qu’elle sera attentive à l’évolution de l’effectif du QPR, même si
    notre établissement n’est pas décisionnaire sur les affectations.
  • Point sur l’ouverture de la base ELSP
    Les travaux de la base ELSP sont terminés.
    On apprend que lorsque l’alarme contre les intrusions sera déclenchée, les forces de
    l’ordre comme les l’astreintes ELSP se déplaceront.
    Avec l’ouverture du QPR, la DAP a estimé que le coût en personnel pour les ELSP, serait
    de 4 agents sur 2 jours, par mois.
    Les transfèrements des détenues du QPR ne se feront pas nécessairement par les ELSP
    de Roanne.

    L’agrandissement de la brigade ELSP n’est plus un secret, un recrutement pourrait
    avoir lieu en fin d’année 2024.
    Le principe sera toujours le même, un recrutement local, avec une formation qui doit
    être validée.
    D’ici la fin de 2025, si les résultats de l’expérimentation sont concluants à Aix, chaque
    ELSP comprenant 8 agents ou plus pourrait être dotée d’un chien d’appui et de défense
    pour renforcer la sécurité périmétrique.
  • ACT 2024
    L’UFAP-UNSa Justice souhaite un abri moto/vélo pour le personnel, cet abri pourrait
    être installé mais dans le cadre du développement durable, permettant ainsi de
    présenter d’autres projets.
    Pour cette année 2024, 3 projets seront présentés à la DI :
  • Rénovation de la cuisine dans le bâtiment de formation avec l’installation d’une
    machine à laver et aussi d’un sèche-linge (coût 4000€)
  • Rénovation de la salle de repos au 1er étage du bâtiment K, avec une table 12
    places, 12 chaises, 3 fauteuils, 3 canapés de 3 places (coût 4500€)
  • 1 nouveau tapis de course pour la salle de musculation du personnel (coût
    2000€)
    On apprend que finalement les bornes électriques du parking du personnel, seront à
    destination exclusivement des véhicules de l’administration.
    L’UFAP-UNSa Justice trouve dommage que l’AP ne fasse pas un effort sur la question
    du véhicule électrique.
    Comme ses dernières années, l’UFAP-UNSa Justice sera présente à la DI, afin
    d’améliorer les conditions de travail des agents.
  • Réorganisation du planning des parloirs
    Une proposition a été effectuée afin de rendre la brigade parloir plus attractive.
    L’UFAP-UNSa Justice partage cette analyse, la brigade parloir se meurt à petit
    feu.
    La proposition consistait à créer deux brigades.
    Une première brigade UVF/parloir (6 agents) qui travaillerait en petite et grande
    semaine, sauf lorsque les agents seront au parloir avocat (poste fixe).
    Puis une seconde brigade parloir (5 agents) qui travaillerait en poste fixe du mardi au
    samedi, avec une conséquence directe, la tenue des parloirs du mardi au samedi et la
    fermeture des parloirs les dimanches et les lundis.
    La proposition n’a pas été retenue. Elle n’est pas satisfaisante pour la
    Direction et le SDA.
    L’UFAP-UNSa Justice travaille déjà sur une proposition différente, qui est plus
    simple à mettre en place et moins couteuse en personnel afin de ne pas
    dégarnir la détention, une fois de plus.
  • Questions diverses
  • Equipe à 10
    L’UFAP-UNSa Justice demande la création d’équipes de 10 agents pour le service
    mixte, en lieu et place des équipes de 5 agents.
    Le service des agents doit faire le point pour voir si cela n’aura pas d’incidence sur la
    programmation des vacances.
  • Changement forcé des affectations des agents
    L’UFAP-UNSa Justice interpelle la Direction sur le changement d’affectation forcé des
    agents qui sont passés du quartier homme au quartier femme ou au parloir.
    La Direction déclare qu’avec la venue des stagiaires et des mutés, ils pourront
    retourner au quartier homme.
    L’UFAP-UNSa Justice condamne cette gestion, en 2024, il y a moyen de faire
    mieux.
  • Travail en groupe
    Pour l’UFAP-UNSa Justice, ce dossier doit être prioritaire en 2024, il y a une vraie
    souffrance à être perpétuellement seule, sans parler des soucis de gestion des
    mouvements et de la sécurité.
    L’UFAP-UNSa Justice rappelle que dans le cadre de sa mission, et surtout dans sa
    grille de contrôle interne, la MCI (Chef de Projet Management des Risques
    Pénitentiaires) prévoit de poser la question de savoir si « une organisation et une
    planification de service adaptée est-elle établie, après avis des surveillants, permettant
    que les missions dévolues individuellement, dans un secteur d’hébergement, à chacun
    des agents, soient confiées collectivement à l’ensemble des personnels qui se
    répartissent les tâches à réaliser (fonctionnement en équipe) ou à deux agents
    travaillant dans des unités de proximité (fonctionnement en binôme) ? » (Point
    1.1.16).
    Il serait peut-être temps à Roanne, de pouvoir répondre « Oui » à cette question !!
    L’UFAP-UNSa Justice demande aux agents d’expérimenté cette gestion des
    mouvements.
    La Direction ne s’opposera pas à cette expérimentation.
  • Films occultants
    L’UFAP-UNSa Justice milite pour la pose des films occultants dans les bureaux des 3
    bâtiments de détention.
    En particulier sur la vitre qui donne directement sur la coursive.
    Notre nouvelle CE semble réceptive à notre demande, affaire à suivre …
  • Gestion des CET
    L’UFAP-UNSa Justice demande une fois de plus un éclaircissement sur la gestion des
    CET.
    Si un agent se voit accorder 1 CET, il n’a pas l’obligation de poser des CET sur les jours
    de repos qui suivent.
    Le SDA nous a confirmé que c’était la règle et qu’il n’y avait aucune difficulté sur sa
    mise en application.
    Notre CE a aussi confirmé que cela ne doit pas poser de difficulté particulière.
  • MDS
    L’UFAP-UNSa Justice demande l’ouverture du poste vacant sur notre établissement.
    Il est inacceptable que depuis des lustres, rien ne se passe.
  • Plaintes des agents
    Trop souvent, les agents ne savent pas ce qu’il advient de leurs plaintes, pire encore,
    les détenus sont parfois libérés sans que rien ne soit fait.
    Un nouveau Procureur de la République va être nommer en mars 2024, notre Directrice
    va le rencontrer, cela sera l’occasion de faire le point sur les dossiers en souffrance.
    L’UFAP-UNSa Justice invite les agents à se manifester afin d’obtenir des réponses à
    leurs plaintes.
    Pour l’UFAP-UNSa Justice J.PICORNELL/V.THUMERELLE/G.TULOUP

Partager :

À voir aussi
Nationale

COMMUNIQUÉ UFAP UNSa Justice

Paris, mardi 21 mai 2024 Avant toute autre chose, l’UFAP UNSa Justice tient à rendre hommage à nos camarades décédés et blessés lors de l’attaque

Régionale
Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies