Organisation Syndicale Multi-Catégorielle

2 agressions dont une qui aurait puavoir de lourdes conséquences !

Le 20 novembre 2023,
Ce dimanche, les personnels du CP LILLE ont encore subi la haine et la folie de pensionnaires
déséquilibrés sur le bâtiment B. Un des nôtres a été victime d’une agression gratuite qui aurait pu
entraîner des conséquences bien plus tragiques.
En effet, une première mise en prévention intervient lors de l’appel lorsque les collègues du RDC B entendent
du tapage à la B029, cellule occupée par un détenu bien connu pour son profil psy++. Ils ouvrent la cellule et
le détenu munis d’un couteau à la main se précipite immédiatement sur eux. Il leur faudra beaucoup de sangfroid et de professionnalisme afin de le maitriser et le désarmer avant son placement au Quartier Disciplinaire
devenu une véritable succursale du SMPR !
Après cet incident, la journée semble se dérouler normalement jusqu’au repas, quand un de nos pensionnaires
déjà connu pour ses excès de violence et qui a déjà agressé des personnels, s’en prend sans raison au premier
surveillant présent. Personne n’a compris les raisons de cet acharnement sur ce 1
er svt volontaire venu en
remplacement sur le bâtiment B, qui ne connaît même pas la population pénale… Le détenu jette ses
barquettes de nourriture par terre, enjambe le téléviseur qu’il avait soigneusement mis sur le seuil de la porte
et se jette brutalement sur le gradé. Il a en main un objet qu’il brandit en mettant un violent coup au niveau
du visage du 1er surveillant. Fort heureusement, seul le sourcil est touché avant que les collègues ne
parviennent à saisir le détenu pour l’amener au sol.
Il s’en est fallu de peu pour notre collègue, car dans cette violente agression, le stylo utilisé
comme arme par substitution s’est brisé sur le visage du collègue, lui laissant une belle griffe
au niveau du sourcil…
« A deux centimètres près, notre collègue perdait un œil ! »
Le voyou sera finalement placé en prévention au quartier disciplinaire où lors de la fouille, les agents
découvriront deux billets de 20€ dissimulés dans ses chaussures.
L’UFAP UNSa Justice dénonce la prise en charge de plus en plus difficile de ces détenus qui n’ont pas leur place
dans nos murs, mais plutôt dans des unités médicales spécialisées.
L’UFAP UNSa Justice félicite le professionnalisme et le sang-froid des collègues qui ont su agir rapidement
pour éviter le pire.
L’UFAP UNSa Justice alerte la direction sur les cas psy du CP Lille, qui s’accroient de jour en jour. A ce titre,
nous demandons une réelle réflexion quant à la prise en charge de ces détenus particuliers qui nécessitent
des approches spécifiques.
Par ailleurs, nous espérons fortement que ces détenus se verront sanctionnés comme il se doit par la
commission de discipline et qu’à l’issue un voyage lointain les attend.
L’UFAP UNSa Justice souhaite un prompt rétablissement au premier surveillant et reste à sa disposition pour
l’accompagner dans l’ensemble de ses démarches qu’il souhaitera entreprendre.
Le bureau local UFAP UNSa Justice

Partager :

À voir aussi
Nationale
Régionale
Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies