Organisation Syndicale Multi-Catégorielle

2024, NOUVELLE ANNEE MEMES MAUX

Pour les personnels, l’année 2023 se termine dans la fatigue et le stress accumulés en raison de la gestion récurrente d’une surpopulation pénale de plus en plus violente.

Malheureusement, notre administration a tendance à minimiser ces problèmes qui causent un malaise parmi les personnels. Elle semble avoir du mal à comprendre les conséquences de leur inertie ou du désordre qu’ils génèrent. Beaucoup d’entre nous font face à des heures supplémentaires interminables, des heures non payées au-delà de la limite de 108 heures par trimestre, ou sont épuisés par des heures écrêtées en raison des restrictions de l’administration.

En 2024, ces problèmes vont encore s’intensifier avec l’organisation des Jeux Olympiques d’été sur le territoire national, notamment à Paris. Notre hiérarchie continuera à exiger davantage des personnels, tout cela pour répondre aux exigences politiques, à la déontologie et à l’image qu’elle souhaite se donner, pour le seul bénéfice de ceux qui nous dirigent.

Si pour les responsables de services et les directeurs d’établissements, les choses semblent déjà prévues, il en sera tout autrement pour le personnel qui sera pressé de toutes parts, voire sanctionné par leur chef d’établissement en cas d’erreur.

Les personnels pénitentiaires (Surveillants, Personnel Administratif, Conseillers d’Insertion et de Probation) seront sollicités voire sur-sollicités. La sécurité, essentielle à la réussite de cet événement planétaire, sera mise en lumière, quel qu’en soit le coût supporté par les agents…

L’UFAP UNSa Justice attend beaucoup des prochaines réunions pour préparer l’organisation de nos services pendant ces jeux. Malgré la politique de “Tolérance Zéro” concernant la vie quotidienne durant cette période à Paris, d’autres régions, qui connaissent déjà une surpopulation pénale exponentielle, verront leurs établissements se remplir davantage. L’AP devra se préparer à gérer les personnes ayant des comportements délictueux. De plus, les difficultés de déplacement des agents pour se rendre sur leur lieu de travail s’ajouteront à ces contraintes.

Pour ces jeux, le garde des Sceaux et le Directeur de l’Administration Pénitentiaire mériteront leur médaille d’Or, celle du niveau historique de surpopulation pénale, du niveau de violences jamais porté à l’encontre des agents et d’une réforme statutaire faite à l’économie.

En résumé, l’année 2024 s’annonce difficile et risque d’amener de nombreuses désillusions. Cependant, comme d’habitude, la solidarité entre les agents sera un atout majeur pour faire face aux défis quotidiens de cette nouvelle année, ce qui assure une certaine stabilité à la hiérarchie pénitentiaire. Bien que solide, notre solidarité a ses limites étant donné les rythmes de travail effrénés. Il est impératif que l’administration pénitentiaire remette l’humain au cœur de son management en formant ses responsables de structure et en utilisant tous les outils de reconnaissance existants, que ce soit sur le plan indemnitaire ou statutaire, afin de valoriser les agents.

En conclusion, L’UFAP UNSa Justice tient à féliciter et remercier l’ensemble des personnels pour leur dévouement et leur soutien mutuel au quotidien, malgré les épreuves difficiles et tragiques qui nous touchent, à l’intérieur comme à l’extérieur des murs.

L’UFAP UNSa Justice vous souhaite, ainsi qu’à vos proches, une bonne année 2024. Ensemble, nous sommes plus forts et nous pouvons améliorer nos conditions de travail.

La Fédération

Partager :

À voir aussi
Nationale
Régionale
Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies