Organisation Syndicale Multi-Catégorielle

Le début du fiasco !

Alors que la famille pénitentiaire est toujours endeuillée et très marquée par la tragédie qui a
frappé nos frères Arnaud et Fabrice, il semblerait que ceux qui dirigent cette administration ont
déjà tourné la page !

En effet, suite au drame survenu ce 14 mai 2024, la direction interrégionale, par le biais d’une note
de service nationale a demandé aux établissements de réviser les niveaux d’escortes des détenus.
C’est chose faite, une CPU escorte a eu lieu le 23 mai 2024 et la majorité des JIRS d’Arras est donc
passée sous escorte N°3, soit la présence systématique des FSI pour chaque extraction.
Malheureusement nous ouvrons les hostilités !

Aujourd’hui ce ne sont pas moins de 3 détenus classés escorte N°3 qui doivent être extraits au
tribunal, et ce avec ZERO FSI ! ni l’ERIS, ni rien ! Cherchez l’erreur ? Le relevé de décisions qui
vient d’être signé précise pourtant un renforcement des escortes par les FSI ou l’ERIS !

Bien sur notre administration n’a honte de rien puisque les consignes données par l’ARPEJ, sont le
renfort d’un agent par escorte, soit 4 agents. Est-il normal que l’ajout d’un seul agent suffise pour
compenser l’absence d’un équipage de FSI ? On marche sur la tête
! Pour l’UFAP UNSa Justice
d’Arras c’est incompréhensible, honteux et inacceptable !

Après ce drame qui a marqué l’histoire pénitentiaire à jamais, il doit y avoir un après 14
mai ! Les missions en insécurité c’est fini !

Alors que les JO n’ont pas encore commencé, le manque de FSI se fait déjà ressentir sur tout le
territoire national. Qu’en sera-t-il pendant les JO ? Devons-nous oublier définitivement les FSI ?

C’est pourquoi, l’UFAP UNSa Justice d’Arras ne peut rester immobile et dénoncera
systématiquement par écrit ces dysfonctionnements.

L’UFAP UNSa Justice demande aux collègues de ne pas se mettre en insécurité lors de leurs
missions. Des textes régissent les modalités d’extractions, il faut les respecter !

L’UFAP UNSa Justice d’Arras prendra ses responsabilités avant le 10 juin si la situation n’évolue
pas, pour faire entendre à notre ministre et à l’administration que les personnels ne sont pas de la
chair à canon !

CHER(ES) COLLÈGUES L’HEURE EST GRAVE ET NOUS NE POUVONS CONTINUER À
SACRIFIER DES AGENTS POUR LE BIEN ETRE DE NOTRE ADMINISTRATION !

Le secrétaire local UFAP UNSa justice
Fabian JACOB

Partager :

À voir aussi
Nationale
Régionale

Emmanuel CHAMBAUD sur Sud Radio

Emmanuel Chambaud secrétaire général de l’UFAP UNSa Justice était en direct sur Sud radio concernant la tentative de meurtre et de prise d’otage d’un de

Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies