Organisation Syndicale Multi-Catégorielle

Le mépris de l’administration face à la situation catastrophique des prisons n’est plus acceptable…PLACE À LA MOBILISATION!

S’il y a un domaine dans lequel l’administration Pénitentiaire excelle, c’est bien celui du nombre de détenus incarcérés en France. La surpopulation pénale dans les prisons françaises vient de battre un énième record : 77450 personnes détenues pour 62000 places ! C’est le nombre de détenus le plus élevé jamais enregistré. Sur la DISP de Lille, toutes les maisons d’arrêt, mais aussi les quartiers dédiés à certains publics (quartier mineurs, quartier femmes) et même l’EPM de Quiévrechain, sont confrontés à une nette augmentation du nombre de personnes écrouées depuis quelques semaines.

La situation est catastrophique. Les prisons débordent de détenus mais rien n’est fait pour stopper
l’hémorragie, au contraire le nombre d’incarcérations augmente de jours en jours. On en viendrait presque à regretter la période du COVID où des mesures significatives avaient été engagées permettant de passer le taux d’occupation des prisons sous la barre des 100%…

Si le conseil de l’Europe fait souvent part de sa « forte préoccupation » face au taux d’occupation des
prisons en constante augmentation, ce n’est visiblement pas le cas de nos dirigeants qui semblent
insensibles à ce déluge…C’est à croire qu’à part les J.O de Paris et les élections européennes, plus rien ne les intéresse ! Ce n’est pourtant pas faute de les alerter régulièrement sur l’état critique de nos détentions !

Sur le terrain les conséquences de cette surpopulation carcérale sont désastreuses pour les agents de tous corps qui triment jours et nuits pour « maintenir la continuité du service public » comme ils aiment si bien dire ! Les personnels sont épuisés physiquement et moralement, les volumes d’heures supplémentaires explosent, les arrêts maladie aussi…Mais l’impact sur les agents ne s’arrête pas là, car les conditions de travail subissent aussi de fortes dégradations dues aux surcharges de travail, à l’augmentation des violences, aux conflits liés à la promiscuité des détenus contraints de dormir sur des matelas au sol…

LE CONSTAT EST ACCABLANT MAIS LE GOUVERNEMENT CONSCIENT DU
PROBLÈME NE RÈAGIT PAS…

Comment dénoncer cette surpopulation sans évoquer en même temps les graves carences en personnels qui ont atteint un niveau plus qu’alarmant ? Rien que sur notre région il manque plus de 200 agents ! Alors que la quasi-totalité des établissements affichent des déficits en personnels qui augmentent au rythme des départs en retraite, l’administration persiste à déployer à marche forcée les créations d’ELSP au détriment des organigrammes dépouillés… Par contre, elle n’oublie pas en même temps d’ordonner aux directions interrégionales de tout mettre en œuvre pour baisser le coût des heures supplémentaires ! On marche sur la tête ! On nous prend vraiment pour des cons !

CETTE CHIENLIT NE PEUT PLUS DURER ! IL EST TEMPS POUR NOUS DE RÉAGIR ET DE PASSER À L’ACTION…

PUISQUE L’ADMINISTRATION NE VEUT PAS ENTENDRE LA SOUFFRANCE DES PERSONNELS, MONTRONS-LUI À QUEL POINT LE MALAISE EST PROFOND…

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice des Hauts-de-France appelle les personnels de l’ensemble des
établissements et SPIP à se préparer à une grande mobilisation. Nous sommes tous concernés par les
effets dévastateurs de la surpopulation pénale ou par le manque criant de personnels. Soyons donc
solidaires pour manifester notre colère face à l’inertie de nos gouvernants…

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice des Hauts-de-France

Partager :

À voir aussi
Nationale

COMMUNIQUÉ UFAP UNSa Justice

Paris, mardi 21 mai 2024 Avant toute autre chose, l’UFAP UNSa Justice tient à rendre hommage à nos camarades décédés et blessés lors de l’attaque

Régionale

LA SIGNATURE QUI NOUS OBLIGE !!  

Chers collègues, Deux de nos collègues assassinés et trois grièvement blessés nous a fait nous mobiliser devant les portes de notre établissement. Trois jours durant,

Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies