Organisation Syndicale Multi-Catégorielle

MA Strasbourg : L’agression de trop !

Notre collègue Alexandre a été violemment agressé ce 18 août 2022 par un détenu qui avait prémédité et annoncé son geste !

L’UFAP UNSa Justice de la Maison d’Arrêt de Strasbourg apporte tous ses vœux de prompt rétablissement à notre collègue lâchement agressé et salue son sang-froid et son professionnalisme face à la furie de ce détenu qui n’avait pas d’autre motivation que sa volonté d’être transféré…

Après cet incident de trop, l’ensemble des mouvements ont été bloqués. Le directeur interrégional est alors venu demander aux agents de regagner leurs étages organisant dans la foulée une réunion de crise à laquelle l’UFAP UNSa Justice a participé.

Deux points essentiels ont été soulevés lors de cette réunion :

  • la gestion calamiteuse des RH :  le DI a proposé un audit organisé par le DIOS pour remettre à plat l’organisation de la Maison d’Arrêt…. Tout en indiquant qu’il n’y aurait pas d’apport supplémentaire de personnels…
  • la relance du dialogue social avec la direction locale par l’organisation de groupe de travail. Une demande a été fait au directeur pour se rapprocher et écouter les agents.

L’UFAP UNSa Justice de la Maison d’Arrêt de Strasbourg demande également un désencombrement rapide ! Cela fait des mois que la DISP nous l’annonce, alors que notre Maison d’arrêt est l’établissement le plus surpeuplé de la région.

La DISP attendrait-elle une autre agression pour enfin réagir ?

 Le constat est accablant : ZERO transfert cette semaine et peut être 2 la semaine prochaine… !?!?

Plutôt que des belles paroles, l’UFAP UNSa Justice exige des actions concrètes qui permettront d’éviter les agressions !

Le bureau local,

Partager :

À voir aussi
Nationale

COMMUNIQUÉ UFAP UNSa Justice

Paris, mardi 21 mai 2024 Avant toute autre chose, l’UFAP UNSa Justice tient à rendre hommage à nos camarades décédés et blessés lors de l’attaque

Régionale

LA SIGNATURE QUI NOUS OBLIGE !!  

Chers collègues, Deux de nos collègues assassinés et trois grièvement blessés nous a fait nous mobiliser devant les portes de notre établissement. Trois jours durant,

Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies