Organisation Syndicale Multi-Catégorielle

UR Grand-Est : La politique de l’autruche !

Alors que quelques « élites » osent nous parler, le doigt sur la couture, de « Qualité de Vie au Travail », les collègues galèrent quotidiennement, qu’ils soient à l’étage ou dans les bureaux, à cause de la pénurie de Personnels savamment orchestrée par l’Administration. Après des années de baisse de pouvoir d’achat dans toute la fonction publique, à force de mépriser les Personnels et de les faire travailler dans des conditions dégradées, et même parfois carrément précaires, l’Administration récolte ce qu’elle a semé : le désintérêt et la fuite des compétences… !

L’Administration ne peut pas dire que nous ne l’avions pas avertie, et encore dernièrement, lors de l’inauguration du Centre Pénitentiaire de TROYES LAVAU, nous avons interpelé et alerté le Directeur de l’Administration Pénitentiaire lui-même, ainsi que les services du Garde des Sceaux…

Lors de la dernière bilatérale avec le Directeur Interrégional et lors du dernier CSA, le DI et ses services déclaraient ne pas pouvoir revenir sur les consignes et le dictat très contraignant de EX1.

Une vision et une commande visant à sous-calibrer les Ressources Humaines en invoquant la pénurie d’agents, les carences de recrutement… que l’Administration organise elle-même !

Nous le réaffirmons :

  • Les 35 heures doivent être la règle absolue, afin de générer des organigrammes enfin dignes de ce nom, et en adéquation avec les principes de l’ARTT.
  • Nos organigrammes doivent donc être réévalués, réajustés ou même créés pour certains Personnels (Personnels Administratifs entre autres…).
  • Les heures effectuées doivent être intégralement payées : TOUS les corps et TOUS les grades sont impactés et l’écrêtage une triste réalité !
  • Les services dégradés doivent être stoppés. 
  • Les nouvelles missions ne peuvent pas être assurées à effectif constant !
  • Les journées de détentions doivent être réorganisées, afin d’assurer la sécurité des Personnels et la bonne réalisation de leurs missions.
  • La mise en œuvre d’une véritable politique de recrutement et de fidélisation de nos emplois sont essentielles … et passeront forcément par une réelle augmentation de nos salaires ET des moyens accordés !

En effet, les prochaines années vont voir le départ de grosses promotions de Personnels (recrutement du plan 13000 des années 90 entre autres…), et la masse des démissionnaires dans nos rangs est en constante augmentation…

Sans une rapide prise de conscience, nos Directeurs, le DAP et nos Politiques continueront d’alimenter cette hémorragie qui condamne la Pénitentiaire à des échecs en cascades !

Des échecs dont ils seront les seuls RESPONSABLES !

Les nouvelles ouvertures d’établissement nous démontrent encore tellement de vérités !

À commencer par des Personnels souvent seuls, débordés et de surcroît isolés face à une population pénale toujours plus nombreuse, vindicative et violente !

Tous les organigrammes sont dépassés (les plus récents auront bientôt 10 ans !), sous-calibrés et en décalage avec les besoins toujours plus nombreux,
pour une population pénale à qui ce pays donne tout, à défaut d’avoir le courage de leur dire tout simplement « NON » !

Les organigrammes ne tiennent pas compte non plus des nouvelles missions, des nouveaux secteurs d’hébergement, des différentes labellisations, du « surveillant acteur », de la féminisation de la profession, de la loi égalité femmes/hommes… des formations en tous genres, des habilitations, des réhabilitations, des recyclages…

Le taux de compensation pour le calcul des besoins du service (le TCCBS) n’est simplement et clairement plus adapté à la réalité du terrain et aux paramètres énumérés ci-dessus !

  • Un toilettage réel et intégral de tous les organigrammes sera une première étape incontournable pour quantifier vraiment les besoins et les carences en RH …
  • Des effectifs supplémentaires sont nécessaires au bon fonctionnement de nos établissements et, par ricochet, à l’amélioration des conditions de travail …

Des conditions sérieusement entachées par les « mesures pansement » d’une Administration dépassée par les évènements ! Ces pansements ne servant qu’à retarder l’échéance de la rupture !!!

L’UFAP UNSa Justice ayant dénoncé ces choses depuis de nombreuses années, l’Administration connait parfaitement ses propres maux, ses carences, les sous-effectifs et la chienlit qui gangrènent dangereusement tous les pans de cette Administration.

Y compris si l’un des nôtres venait à être victime d’un accident de service mortel !

Nous rappelons aussi que plusieurs de nos collègues ont commis le geste ultime et irréparable, sans qu’il ne soit possible d’exclure totalement un lien avec les conditions de travail désastreuses dans lesquelles cette Administration les place malheureusement…

Sans doute, l’heure viendra un jour de rendre des comptes aux familles des défunts….

 Les Secrétaires Généraux

Partager :

À voir aussi
Nationale

Place à la consultation !

Pantin, le 17 mai 2024 Aujourd’hui s’est tenue une deuxième rencontre au ministère de la Justice pour négocier des mesures devant répondre aux attentes légitimes

PROPOSITIONS DE L’ INTERSYNDICALE

Mardi dernier, deux des nôtres, pères de famille ont été froidement exécutés par un commando lourdement armé. Depuis 1992 nous n’avions plus vécu une telle

Régionale
Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies