Organisation Syndicale Multi-Catégorielle

UR PACA-Corse: UNE PROFESSION EN COLERE ET EN DEUIL

C’est avec une profonde tristesse et une colère incommensurable que nous tenions à écrire ces mots aujourd’hui. La récente tragédie qui a coûté la vie à deux de nos camarades et bléssé trois autres lors d’une mission d’extraction judiciaire, nous a tous frappé de plein fouet. Ces pertes sont insupportables et injustifiables. Un hommage national leur a été rendu le 22 mai dernier par le Premier ministre Gabriel Attal, en présence du garde des Sceaux dans l’ancienne maison d’arrêt de Caen.

Le cœur du métier est celui de surveillants pénitentiaires, avec des missions bien définies et des compétences spécifiques comme la garde des détenus, la réinsertion ou le maintien de l’ordre et de la sécurité dans les établissements pénitentiaires. Nous ne sommes ni formés (ou très mal) ni conditionnés pour assumer les tâches qui relevaient de la compétence des FSI.

Le gouvernement a commis une grave erreur en nous attribuant ces missions extérieures sans les moyens nécessaires. C’est une déviation de nos missions qui a conduit à ce drame. Les artisans de cette décision doivent être tenus pour responsables de cette tragédie !!

L’UFAP UNSa Justice Paca Corse est consternée par ce drame et cette folie meurtrière qui va embarquer les personnels dans une « escalade » à l’armement. Cette course effrénée est dangereuse et irresponsable. Nous ne sommes pas des policiers ni des soldats, nous sommes des personnels pénitentiaires exposés à des missions qui, au départ, ne relevaient pas de notre compétence !

Malheureusement, le mal est fait avec l’impossibilité de revenir en arrière. L’administration doit, aujourd’hui, prendre ses responsabilités en apportant tous les moyens humains, matériels et financiers nécessaires à la protection de nos collègues qui sont devenus de la chair à canon et qui sont envoyés quotidiennement à l’abattoir !!

A la majorité des voix des personnels, l’UFAP UNSa Justice ainsi que les autres organisations syndicales ont validé le relevé de décisions, ce qui a mis fin au mouvement de protestation. Nous comprenons et partageons la tristesse et la frustration des personnels qui auraient voulu maintenir ces blocages, jusqu’à l’hommage national, en mémoire à nos collègues blessés et disparus .

Le deuil était loin d’être fait, le mouvement n’était certainement pas à la hauteur du mécontentement et de la colère des personnels. Avons-nous pris la mesure et avons-nous compris l’importance de cette tragédie qui va marquer l’histoire pénitentiaire ? Nous l’espérons…

Le protocole d’accord du 10 juin 2024 devra être à la hauteur du drame que nous avons subi !!

Les Organisations Syndicales et le gouvernement

ont une obligation de résultat !

Notre colère est légitime, restons mobilisés pour que justice soit rendue à nos collègues blessés et disparus, pour que de telles tragédies ne se reproduisent jamais. Notre voix et notre colère sont INALTERABLES et doivent être entendues pour que de telles horreurs ne soient plus commises.

Porter une arme sur la voie publique ne justifie en aucun cas les risques

insensés auxquels le gouvernement nous expose.

Marseille, le 27 mai 2024

Les Secrétaires Généraux

UFAP UNSa Justice Paca Corse

Partager :

À voir aussi
Nationale

Lettre ouverte au Président de la République

REF. : EC/TJ/24/17062024 OBJET : mesures d’urgence pour les missions extérieures des personnels pénitentiaires Monsieur le Président de la République, Le 14 mai dernier, l’attaque meurtrière du

Régionale

Roanne : Encore une évasion

L’UFAP-UNSa Justice aime bien les modes, on a aimé la mode des doudounes Naf Naf dans les années 90 où des salopettes larges, mais on

A LA MC ARLESLE RIDICULE NE TUE PAS

MC ARLES : Reine de l’écologie ou Reine de l’économie ? Economie de personnel, économie de véhicule, économie de brouilleur… RIEN NE MARCHE, TOUT FOUT LE CAMP !

Cliquez-ici pour modifier vos préférences en matière de cookies